US Marmande 27-19 SC Graulhet

27 octobre 2013 | Le demi de mêlée Jérémy Eymard (ballon en main) s'est distingué par un essai de filou
 

La confirmation 


MARMANDE - En progrès, l'USM fait tomber le leader Graulhet avec la manière (27-19)


 
Une opposition de style, dites-vous ? Ce duel au sommet entre deux prétendants à la Fédérale 1 était l'occasion pour l'USM d'étrenner, devant son public, son nouvel écrin bleu et blanc. Son adversaire Graulhet optait quant à lui pour un maillot rouge et noir en tout point semblable à la version 2009/2010 du RC Toulon… pour finalement rester en rade.

Le club tarnais, invaincu en cinq sorties, a en effet mordu la poussière pour la première fois de la saison. Et pour cause, les hommes de Peso et Gallesio leur en ont fait voir de toutes les couleurs à Dartiailh. Histoire de s’offrir un succès enthousiasmant après une entame de championnat mi-figue mi-raisin. Histoire de faire fructifier les belles dispositions entrevues le week-end dernier face à Boucau-Tarnos (victoire bonifiée 33-5). Histoire alors d’entrevoir la vie en rose. Ce qu'on appelle un « match référence »,assurément.

Le grand braquet de Fédrigo

Il y avait pourtant de quoi broyer du noir à la demi-heure de jeu, quand le leader creusait un premier écart sur un groupé pénétrant conclu par le pilier Bueno. À 16-6 et au vu du pedigree par certains des joueurs adverses – le demi de mêlée Sébastien Pagès et le troisième ligne Fabrice Hedreville, notamment, affichent tous deux 37 printemps au compteur ! – l’inquiétude était de mise. Aux prises avec une formation solide et en confiance, les coéquipiers de Benjamin Pérais allaient-ils pouvoir soutenir la comparaison ?

La riposte de Jérémy Fédrigo, en pleine bourre, fut pour le moins clinquante. Véritable détonateur, l’ailier de poche a confirmé ses progrès dans la finition et son nouveau statut de match-winner. Bien lancé sur son aile par une sautée de Baptiste François, la pile électrique filait tel un éclair et mystifiait quatre vis-à-vis pour remettre les siens dans le sens de la marche (30ème). Signant ainsi une quatrième réalisation personnelle lors de ses trois dernières sorties à domicile. Un bilan faramineux qui force respect et admiration.

Chartier, c’est le pied

Si l’ancien Queyrannais s’est mis en évidence au cours de cette partie, il a entraîné dans son sillage d’autres de ses coéquipiers. À ce titre, les dithyrambes peuvent également pleuvoir sur la tête de Morgan Pottier, ô combien indispensable à cette équipe. Mobile dans le jeu et performant en mêlée, il a encore été l’auteur d’une performance XXL. De retour de blessure, Ludovic Bevilacqua s’est de nouveau illustré par quelques belles prises en touche. Et face aux perches, si ça roulait déjà pas mal pour son alter ego Romain Bille (4/6), Mickaël Becat a fait encore mieux(5/6).

Dans cet amas de bonnes prestations individuelles, c’est au final tout un collectif qui s’est mis au diapason de l’évènement. Avec une surprenante (et agréable) maîtrise des évènements, c’est sans trop s’affoler que Marmande a recollé. Profitant, il est vrai, d’un David Chartier des grands soirs. Dans son occupation du terrain, l’international polonais a tout simplement titillé la perfection. Ses coups de pied de dégagement monumentaux avaient déjà de quoi écœurer les visiteurs, renvoyés dans leur camp à la moindre velléité offensive.Alors que dire de cet ultime coup de massue, cette pénalité des 55 mètres en coin, qui permettait à l’USM de prendre les commandes pour la première fois de la rencontre (22-19) à la 74ème minute…

Une bonne étoile ?

Il est de ces après-midis où tout vous réussit. On l’a vu, l’ouvreur marmandais ne s’est guère trompé dans ses choix. Mais la baraka lot-et-garonnaise fut totale quand à la 78ème les locaux, vraisemblablement sûrs de leur force, choisissaient l’option (insensée ?) de la mêlée au détriment des trois points. À l’introduction,Jérémy Eymard fut également à la conclusion de l’action, et clôturait le festival en se faisant la malle petit côté. Une prise d’initiative doublement couronnée de succès, puisque Graulhet se voyait dès lors privé du bonus défensif ! Un « larcin » dont les Tarnais ne se remettraient d’ailleurs pas ; 27-19, score final.

Bien qu’ils détiennent encore le ruban bleu, les hommes du capitaine Nicolas Boutie peuvent néanmoins éprouver quelques regrets eu égard aux efforts fournis.Il s’en est parfois fallu d’un chouïa pour que la donne s’inverse, notamment quand le centre Montbroussou, après une grosse percée, cafouillait sa sortie de balle à quelques encablures de la ligne (50ème). Ou encore quand le pack du SCG s’écroulait dans l’en-but unioniste sans que l’arbitre n’accorde l’essai (70ème)…Mais rien, décidément, ne semblait en mesure de contrarier la bonne tenue de route de Marmandais appliqués et impressionnants de savoir-faire. Un juste retour sur investissement pour une équipe peu vernie ces derniers temps. Mais qui, aujourd’hui, retrouve de bien belles couleurs.




 
COPYRIGHT © 2018 US MARMANDE RUGBY - 47200 MARMANDE - TOUS DROITS RÉSERVÉS