US Marmande 33-5 Boucau-Tarnos

20 octobre 2013 | Ne vous fiez pas aux apparences : c'est bien l'USM de Thomas Germain (photo) qui a châtié Boucau-Tarnos (33-5)

Ils ont retenu la leçon
 
MARMANDE - Lacunaire lors de ses deux derniers matchs, l'USM se reprend face à Boucau-Tarnos (33-5) en empochant le bonus offensif

 
Déclic ou bien des claques ? À la sortie des rencontres de Fleurance et Morlaàs, on aurait volontiers décerné le déshonorant bonnet d'âne à l'USM, incapable de rafler la mise malgré une avance confortable - respectivement 17 et 16 points ! - au tableau d'affichage. Un prétendant affiché à la montée en Fédérale 1 peut-il indéfiniment se laisser aller à de tels écarts de conduite? Question lancinante sur laquelle le XV bleu et blanc a sérieusement planché ce week-end. Pour une réponse des plus encourageantes : 33-5 et bonus offensif à la clé. En renvoyant le BTS à ses chères études, l'élève marmandais a montré son envie de se remettre dans le droit chemin. Délivrant, au passage, une copie enfin aboutie de son introduction à sa conclusion.
 
Prime à la constance
 
L'histoire semblait, pourtant, bien partie pour balbutier. Deux essais précoces et le score tournait déjà à 14-0 en moins d'un quart d'heure! Sur le coup d'envoi, les locaux déroulaient deux minutes de jeu limpide et léché, somptueusement conclues par le benjamin de la bande, le centre Barbaras, pour sa première titularisation avec l'équipe fanion. Une action collective d'envergure, faite de passes chaloupées et de mouvement constant, qui ne pouvait mériter meilleure finition. À peine six minutes plus tard, Jérémy Fédrigo, sur une autre belle envolée des lignes arrières, récupérait malicieusement un petit jeu au pied que l'on pensait raté pour filer, à son tour, entre les perches.
 
Les prémices d'un feu d'artifice ou d'un nouveau feu de paille? L'entame est certes fantasmagorique, mais la prudence, elle, reste de mise ; par deux fois auparavant dans pareil scenario, alors que l'avantage paraissait rédhibitoire, les Lot-et-Garonnais s'étaient vus formidables pour se retrouver, finalement, fort minables.
 
La tête à Toto pour Boucau
 
Manifestement, deux tapes sur les doigts auront suffi à des Marmandais bien décidés à esquiver la règle de trois. Moins flamboyants mais plus gestionnaires sur certaines phases, ils se voyaient bien aidés dans leur quête de rachat par des Basques trop inoffensifs pour espérer quoi que ce soit dans ce match. Assommés, ces derniers n'ont jamais semblé être en mesure d'inverser la donne, en dépit de leur seconde place au classement. Alors que Fleurantins et Morlanais, eux, avaient su souffler un vent de révolte et semer une once de doute dans la tête des coéquipiers de Thomas Germain...
 
La réalisation de Baptiste François, consécutive à un superbe "par-dessus" sur le dernier défenseur adverse permettait d'enfoncer le clou (21-0, 35'). Avant que ce diable de Fédrigo, sur la première action du second acte, ne se décide à tuer définitivement le suspense en mettant les voiles sur son aile (28-0, 41'). Morgan Pottier sonnait finalement le glas des espoirs boucalais en signant le cinquième essai d'une partie à sens unique (33- 0, 46'). Sans que le sursaut d'orgueil des visiteurs, résignés à rentrer bredouille, n'y change quelque chose.
 
Match référence ?
 
Si on pouvait les penser marqués au fer rouge, les hommes du duo Peso/Gallesio ont, a contrario, relevé la tête de fort belle manière. Solidaires et généreux dans l'effort, appliqués et concentrés défensivement, ils signent là une prestation tout à fait accomplie qui mérite les félicitations, à condition de ne pas relâcher les efforts. Le retour dans la cage du deuxième ligne Ben Hmida, homme d'expérience et de combat, n'y est sans doute pas étranger. Derrière, la bonne surprise nous vient du jeune Mickaël Becat, symbole d'un allant offensif retrouvé, qui multiplie les bonnes prestations en 15.
 
Ces deux-là ne seront pas de trop pour la réception du premier de la classe, Graulhet, qui collectionne les bons points - cinq succès en autant de journées - en ce début de championnat. Le club tarnais, qui compte dans ses rangs l'ex-Albigeois Sebastien Pagès, est sans conteste ce qui se fait de mieux dans cette poule. Quelle plus belle motivation que de déloger le chouchou de son piédestal? Le jeu en vaudra la chandelle. La récompense de fin d'année, à savoir l'accession à la classe supérieure, aussi.
 
COPYRIGHT © 2018 US MARMANDE RUGBY - 47200 MARMANDE - TOUS DROITS RÉSERVÉS