Entretien avec le tandem Matéos / Saint-Loubert

Entretien avec le tandem Matéos / Saint-Loubert


Ensemble aux commandes de l'équipe première depuis Novembre 2014, Nicolas Matéos et Anthony Saint-Loubert ont la lourde tâche de ramener l'USM sur le droit chemin après avoir flirté avec la Fédérale 3. À l'aube de la phase retour, le duo a accepté de revenir sur la première partie de saison. Si les deux entraineurs relèvent les progrès réalisés par leurs troupes, ils savent que rien n'est encore acquis

Messieurs, l’US Marmande a clôturé la phase aller à la 6ème place du classement, avec un bilan de 4 victoires pour 5 défaites. Cette première partie de saison vous satisfait-elle ?
 
Nicolas Matéos : C’est un bilan contrasté. Le début de saison fut très compliqué, que ce soit comptablement ou dans la gestion des joueurs, compte tenu de la multitude de blessés que nous avons eu et qui nous pénalise encore. Ce qui, en revanche, est agréablement surprenant, c’est de voir qu'on a gagné la très grande majorité de nos points contre les cinq équipes qui nous devancent au classement !*
 
Anthony Saint-Loubert : Je partage le constat de Nico. Nous sommes encore en course pour la qualification, ce qui est positif. Mais au vu du potentiel de l’équipe, remporter une ou deux victoires supplémentaires  aurait été plus logique.
 

"Il a fallu du temps pour que ce groupe se forme, avec des recrues de qualité qui ont apporté un réel plus." Nicolas Matéos

 
Malgré une cascade d’indisponibilités, on a senti une équipe sur la pente ascendante, notamment lors de la victoire à domicile contre Saint-Jean-de-Luz. Quelle analyse faites-vous des progrès réalisés par vos joueurs ?
 
A.S-L : Notre groupe a été beaucoup modifié par rapport à la saison dernière, et il est évident que les absences répétées nous ont beaucoup pénalisés, notamment pour mettre en place notre jeu. Mais depuis la défaite contre Lannemezan, le groupe a su réagir et prendre conscience de ses moyens. C’est juste dommage qu’il ait fallu cette défaite pour que cela intervienne… Mais le groupe progresse, c’est une certitude. À lui de ne pas lâcher l’affaire.
 
N.M : C’est vrai que nous terminons la phase aller sur trois sorties satisfaisantes. Les joueurs se sont rendu compte de leur valeur, individuellement et collectivement. Je pense qu’il a fallu du temps pour que ce groupe se forme, avec des recrues de qualité qui ont apporté un réel plus. Mais il est certain que malgré ces progrès, il ne faut pas relâcher notre étreinte. Le soufflé ne doit pas retomber !
 
Qu’est-ce que ce groupe doit, justement, chercher à améliorer au moment d’aborder cette phase retour ?
 
A.S-L : La constance ! Nous avons encore des périodes de « trou » dans nos matchs. Même si cela tend à se réduire, il y en a encore et nous encaissons beaucoup trop de points sur nos temps faibles. Il faut absolument gommer cela si nous voulons avoir un printemps qui chante.
 
N.M : Comme dans n’importe quel groupe de n’importe quel sport collectif, il y a toujours des progrès à faire. Les joueurs vivent bien ensemble et certains forts caractères s’attèlent à tirer l’équipe vers le haut. Mais ce groupe a souvent tendance à croire qu’il est arrivé à son maximum, que ce soit au niveau de l’implication aux entrainements ou de l’engagement le week-end sur le terrain. C’est surtout sur ces points que nous devons progresser.
 

"Les phases finales ? Ça passe par un mois de janvier plein." Anthony Saint-Loubert

 
Dans cette poule de la mort, renouer avec les phases finales est-il un objectif envisageable ? L’actuel 4ème, Lourdes, premier adversaire de la phase retour, n’est qu’à quatre points…
 
N.M : Je n’aime pas trop faire des pronostics sur un résultat ou sur une potentielle qualification. Nous bossons pour y arriver et je souhaite sincèrement que nous y parviendrons. Mais il faut pour cela que les résultats, à commencer par ceux du mois de janvier, soient au niveau de la valeur du groupe.
 
A.S-L : Je rejoins Nico. C’est envisageable, mais ça passe par un mois de janvier plein. La tâche n’est pas simple mais le calendrier est à notre avantage, puisque nous recevrons les équipes avec lesquelles nous luttons pour cette fameuse 4ème place (Lourdes et Orthez, NDLR). À nous de gagner nos matchs à Marmande et d’aller chercher le maximum de points loin de nos bases.
 
2016 débute par une finale : celle du Challenge de l’Essor, contre Castelsarrasin, ce dimanche au Passage d'Agen. Qu’attendez-vous de cette rencontre ?
 
N.M : On sort d’une coupure de trois semaines sans jouer, avec dix jours de vacances sans entraînements collectifs. C’est toujours un match très compliqué à préparer pour les joueurs, mais il faut penser que c’est une finale. Avec Anthony, nous prenons ce match très au sérieux pour préparer les trois échéances cruciales qui suivent en championnat.
 
A.S-L : Et puis on connait l’adage : « une finale ça ne se joue pas, ça se gagne ! »
 
 
*C’est, paradoxalement, contre les cinq équipes qui la devancent au classement que Marmande a remporté le plus grand nombre de ses points (14 sur 19) ! Les Marine et Blanc ont battu Hendaye, Orthez et Saint-Jean-de-Luz et pris le défensif à Lourdes et Castelsarrasin.
 
 
 
 
 
 
 
COPYRIGHT © 2018 US MARMANDE RUGBY - 47200 MARMANDE - TOUS DROITS RÉSERVÉS