Tombés sur un os

(photo : Nathalie Casasnovas)

Tombés sur un os

 
C’était un adversaire que l’on devinait coriace, et cela s’est très vite confirmé ! À Dartiailh, Saint-Sulpice-sur-Lèze, premier de la poule 5, a assumé son statut de favori et prenant le meilleur sur l’US Marmande (27-32). Pour les Marine et Blanc, il reste pourtant une once d’espoir en vue du match retour, dimanche.
 
Outsiders, vraiment ? Probablement désireux de faire retomber la pression après une fin de championnat compliquée, le staff saint-sulpicien s’était refusé, dans la presse locale, au statut de favori dans ce seizième de finale. La prestation livrée ce week-end par les protégés d’Olivier Argentin n’aura finalement dupé personne. Comme pour le confirmer, l’USSS, avec l’appui du vent, a démarré la partie sur les chapeaux de roue. Profitant, il est vrai, de l’énorme coup de pompe de son centre Benjamin Roquebert, auteur en plus d’un drop plein de sang-froid (1ère), d’une pénalité monumentale de 65 mètres (23ème). Son compère du centre Stéphane Doussain, frère aîné du Toulousain Jean-Marc, a pour sa part enquillé trois fois (8ème, 16ème, 30ème).
 
Fatale entame de seconde mi-temps
 
Ajouté à cela un second drop de l’ouvreur Boyer (22ème), le réalisme des Saint-Sulpiciens, qui se sont présentés à sept reprises face aux perches, reléguait l’US Marmande à huit unités à la pause (10-18). Sans pour autant démériter, les coéquipiers de Pierre Marmié subissaient de plein fouet cette déferlante de coups de pied. Ce qui ne les empêchait pas de signer la plus belle action construite de ces quarante premières minutes, sur une merveille de diagonale de Mickaël Becat pour Julien Garrabos (7-3, 6ème). Une course en tête qui n’aura duré que dix petites minutes, le temps que les canonniers adverses se mettent à faire feu de tout bois…
 
Mais dans cette rencontre, l’USM a surtout payé cash son entame de seconde mi-temps, durant laquelle les visiteurs inscrivaient coup sur coup deux essais, d’abord par le solide pilier droit Caujolle (49ème), puis par l’ailier Beilles (51ème), sur un service au pied millimétré de son ouvreur. En deux actions, Saint-Sulpice-sur-Lèze venait de prendre le large au tableau d’affichage (13-32). Et de rappeler que ses douze victoires consécutives entre Septembre et Janvier n’étaient pas le fruit du hasard. L’USSS a démontré ce dimanche qu’elle était une formation extrêmement solide, bâtie pour la remontée en Fédérale 1, comme l’ont démontré son activité dans les zones de ruck et sa grosse domination dans l’exercice de la mêlée. Où pourtant peu d’équipes ont soutenu la comparaison avec l’USM cette saison…
 
Un bijou de troisième essai
 
Les hommes du tandem Matéos / Saint-Loubert ont cependant prouvé qu’ils avaient d’autres qualités. En écartant les ballons et en déplaçant le jeu sur toute la largeur du terrain, cette robuste équipe de Saint-Sulpice paraît plus vulnérable. C’est d’ailleurs de là qu’est venu le salut en toute fin de match : l’essai de l’espoir, conclu par Benoit Broudiscou au terme d’une action splendide de 70 mètres (76ème). Tchik-tchak de Maystre au départ, offloads des piliers Marchand et Baffou, chistera de Wara à l’avant-dernière passe… Un véritable petit bijou. Entre temps, Mickaël Becat, venu prêter main forte à ses gros sur ballon porté, avait lui aussi pointé dans l’en-but (63ème, 20-32). Le sursaut d’orgueil était admirable, mais insuffisant pour repasser devant au tableau d’affichage. À quelques minutes près, l’exploit ne semblait pourtant pas impossible (27-32).
 
À la mi-temps de cette double confrontation, l’US Marmande aura cinq points à remonter en Midi-Pyrénées, dans un stade où Saint-Sulpice-sur-Lèze est invaincu cette saison. Une mission périlleuse, mais nullement insurmontable pour une équipe que l’on sait capable de tout. Marmande a en tout cas prouvé qu’elle pouvait rivaliser avec une formation qui a dominé la phase régulière de la tête et des épaules. Pour voir les huitièmes de finale, il faudra le confirmer dès dimanche.