Marmande surprise par Lourdes (26-30)

Marmande surprise par Lourdes (26-30)
 
Une entame de match tonitruante, une avance confortable à la mi-temps, un retour de l’adversaire dans le second acte, un final indécis… Ce film à rebondissements, Dartiailh commence à en avoir l’habitude. Les trois précédentes réceptions d’Hendaye, Lannemezan et Saint-Jean-de-Luz avaient déjà offert des scénarios similaires. Pour ce cinquième volet à domicile, les Marmandais se sont à nouveau laissé aller à un script hitchcockien. Mais ils ont laissé le titre de « rois du suspens » à Lourdes, vainqueur au finish de ce duel entre prétendants pour la 4ème place (26-30).
 
Rien, pourtant, ne laissait présager une telle issue. Surtout pas le début de rencontre, nettement à l’avantage des Marine et Blanc qui inscrivaient deux essais dans le premier quart d’heure, par l’intermédiaire de Baptiste François et Yoan Mijoint. Résolument tournée vers l’attaque, l’USM aurait même pu corser l’addition en fin de mi-temps lors de l’infériorité numérique lourdaise. En vain. L’avantage de dix points à la pause (17-7) semblait peu cher payé pour des Marmandais décidés à envoyer du jeu, mais pris à défaut sur l’une des rares incursions adverses, conclue idéalement par le capitaine Bruno Pays, bien à l’abri derrière son groupé pénétrant (22ème).
 
Crucifiés à la 71ème minute
 
Son succès, Lourdes l’aura surtout construit devant grâce à son pack, dominateur dans le secteur de la mêlée, et grâce à l’adresse de son buteur, Alexis Hebrard, qui a permis aux siens de recoller dès le début du second acte (17-13, 49ème). Avant le coup de poignard de la 62ème minute : cette interception de l’ailier Aurélien Maury, qui avait bien flairé le coup en coupant l’extérieur. Au terme d’une course folle de 50 mètres, il pointait en coin le deuxième essai du FCL. Celui qui faisait, assurément, basculer le sort de cette rencontre. Bruno Pays, encore lui, se chargeait enfin de crucifier les locaux sur une touche astucieusement jouée par son talonneur Romain Tilhac (26-30, 71ème).
 
Pour la première fois de la partie, les Haut-Pyrénéens prenaient les devants au tableau d’affichage. À neuf petites minutes de la fin, seulement… Cruel pour les troupes du tandem Saint-Loubert / Matéos, qui ont vu leur projet d’écarter les ballons se retourner contre eux. Symbole d’une équipe qui a aussi bien les qualités de ses défauts que les défauts de ses qualités. 
 
Capables de battre n’importe qui
 
La constance, voilà ce qui manque avant tout défaut à cette USM pourtant pas avare en bonnes intentions offensives. Reste à devenir bien meilleurs gestionnaires sur toute la durée du match, alors que les secondes mi-temps offrent trop souvent l’occasion à l’adversaire, pourtant mis en échec pendant quarante minutes, de redevenir dangereux.
 
Bien qu'ils pouvaient définitivement basculer vers le haut du classement, les Marine et Blanc se retrouvent dans une situation inconfortable, à mi-chemin entre la qualification et la zone de relégation. Sans trop savoir s’il faut d’abord regarder dans le rétroviseur avant ou arrière... Attention à ne pas lâcher le bon wagon, d’autant que toutes les équipes moins bien classées ont pris au moins un point, ce week-end. À l’évidence, il conviendra de rattraper ce faux-pas lors d’un prochain déplacement. On sait les joueurs capables de battre n’importe qui dans cette poule. À eux de le démontrer le plus rapidement possible, histoire de s’offrir une fin de saga bien plus agréable !
 

Les compos

US Marmande : Becat – Maystre, Wara, Bula, Garrabos – François (o), Allant (m) – Bevilacqua, B. Broudiscou, Mijoint – Marmié (cap), Zanini – Marchand, Taofifenua, Pottier. Sur le banc : Le Goc, Barès, Moser, C. Esclafer, J. Fédrigo, Barbaras, Fumey.
 
FC Lourdes : Arhan - Maury, Barats, Giordano, Brua - Hebrard (o), Anel (m) - Rojo, Pays, Boyer - Dupont, Lapeyre - Da Costa, Irigoyen (cap), Granja. Sur le banc : Tilhac, Reyes, Igau, Ache, Montoro, Preux, Venes.