US Marmande 12-23 Lombez-Samatan

Les "gros" de Lombez-Samatan et de l'US Marmande, les yeux dans les yeux, prêts à en découdre (photo : Jean-Jacques BOUIC)

Lombez-Samatan prend sa revanche


C'est triste, mais pas fini ! Dix journées écoulées sur dix-huit, l'USM est dans l'embarras. Scotchée à cette satanée neuvième place qui lui coûte de passer la tête sous la guillotine. C'est le moment de se réveiller, de se secouer, sous peine d'une sentence irrévocable ! 

Les réactions contre Salles (20-0) et Orthez (30-7), sans bonus offensif, constituaient un bon tremplin, à la veille de recevoir Lombez-Samatan... Force est de constater que le plan de marche a été fortement contrarié, dimanche dernier. L'absence du leader Fred Lestrade (suspendu) a pesé lourd dans les débats.

Stérile et fragile

Roublards, les Gersois ont empoisonné l'existence des Marmandais, en les piquant dès le coup d'envoi. Dominer n'est pas gagner ! Un vieil adage encore vérifié par l'USM, battue une nouvelle fois sur sa pelouse (12-23). Les "vieux démons" ont resurgi. 

Cela devient un état de fait fréquent, malgré sa domination dans le combat, l'équipe marmandaise est bien trop stérile dans ses temps forts et fragile dans ses temps faibles. Au final, Lombez-Samatan, fort de ses trois succès à l'extérieur avant celui de ce week-end, tire les marrons du feu par son réalisme, son efficacité. 

Marmande a, a contrario, accusé le coup. Par la faute de déchets techniques, d'un manque de maîtrise au plus fort par exemple de ses mauls pénétrants. Car, on ne peut le nier, l'USM a bien essayé, tenté de réagir, en secouant sérieusement l'adversaire sans pour autant être récompensé de sa débauche d'énergie. Tant de temps passé dans le camp adverse, devant la ligne, sans pouvoir concrétiser ! À l'image de son match contre Hagetmau, l'USM a été obligée de courir en vain après un départ manqué... 0-7 (alors qu'on jouait à peine depuis 106 secondes), puis 0-10 (32'), puis encore 0-17 (40') !
Un deuxième essai gersois concédé au plus mauvais moment, juste avant de regagner les vestiaires...

Par deux fois, la défense locale a été naïve, d'abord sur une accélération du numéro 9 Bensalla, puis sur une percée du premier centre, Roumiguié, échappant au premier rideau de la troisième ligne et aux lignes arrières.

Retour trop tardif

Les Lombezo-Samatanais pouvaient tranquillement voir venir, corsant l'addition par leur buteur : 20-0 (41'). À force d'insister, les Marmandais ont su tirer profit d'une pénal-touche (prise de balle de Bevilacqua) pour s'organiser autour d'un maul pénétrant payant, conclu par... Bevilacqua (5-20, à la 45ème).

Mais toujours aussi réalistes, les Gersois aggravaient la marque sur une autre pénalité sanctionnant une faute du plaqueur sur le plaqué (23-5, à la 52ème). Malgré des sanctions (2 cartons blancs et un jaune), pour écroulement de mauls, les visiteurs, réduits à 13, préservaient leur ligne sur plusieurs temps de jeu. C'était long, trop long à se décanter, pour croire à un hypothétique retour des locaux. 

L'essai de Thomas Germain (78ème) concluait en fait un baroud d'honneur... En toute objectivité, les dés étaient jetés depuis longtemps ; l'USM tombait à nouveau les armes à la main sur sa pelouse de Dartiailh. Pour la troisième fois de la saison : Arcachon, Hagetmau, Lombez-Samatan. 

Le déficit comptable est là pour le rappeler : Marmande est en danger. La coupure d'un mois ne sera pas de trop pour essayer de se changer les idées. Car, la reprise en janvier n'épargnera pas les troupes de Matéos et Saint-Loubert : sortie à Arcachon, réception d'Anglet... De quoi donner la migraine ! À la pointe du sapin, la famille de l'USM n'oubliera pas d'accrocher l'étoile. Celle de l'espoir.



La fiche du match

US Marmande – Lombez-Samatan 12-23 (0-17)
Arbitre : M. Trejo (PC)
USM : 2 E Bevilacqua (46'), Germain (78'), 1 T Becat (78')
LSC : 2 E Pedussau (1'), A. Roumiguié (39'), 2 T et 3 P (32', 42', 53') Bensalla.
 
USM : Trellu - A. Bertrand, François, C. Bertrand, Cheyrou - Becat (o), Allant (m) - Mijoint, Bevilacqua, Pérais - Brignol, Germain - Taofifenua, Barès, Pottier.
Remplaçants : Le Goc, Menini, Zanini, Cardoit, Eymard, Bordes, Fédrigo.
Carton blanc : Germain (52')
 
LSC : Cot - A. Roumiguié, L. Suderie, R. Roumiguié, Pedussaud - Girou (o), Bensalla (m) - Doom, Oro, Pérès - Lavigne, Laforgue - Celaya, Moulis, Boussès.
Remplaçants : Salvat, Argerich, Sottom, Sicard, J. Suderie, Raimondi, Cans.
Cartons blancs : Pérès (45'), Doom (61')  | Carton jaune : J. Suderie (67')