Marmande battue logiquement à Lannemezan (24-13)

Photo : Nathalie Casasnovas
 

Marmande battue logiquement à Lannemezan (24-13)

 
Venue chercher, au pied des Pyrénées, un succès qui aurait pu lui ouvrir les portes de la qualification, l’USM ne s’est tout simplement pas donnée les moyens de ses ambitions, ce dimanche, et s’incline logiquement (24-13)
 
Le beau résultat glané devant Montauban (31-13, bonus offensif) à Dartiailh demandait à coup sûr une toute autre confirmation. Dommage que du côté de l'USM, chaque week-end soit en tout point dissemblable au précédent ! Sans mauvais jeu de mots, les Marine et Blanc ont offert aux Lannemezanais cette victoire sur un plateau. Pris à froid, ils encaissaient un essai… sur la toute première action du match. À la réception d’une chandelle, l’arrière Belzunce enrhumait toute la défense sur 60 mètres avant de servir dans sa chute son flanker Malaret, venu se proposer à hauteur (7-0, 1ère).
 
Une entame calamiteuse dont allaient pleinement profiter les locaux, disciplinés et intelligents dans leur occupation du terrain. Auteur de la pénalité de la gagne à l'aller, Ludovic Mur a de nouveau fait très mal aux Marmandais. L’ailier-buteur, rescapé de l’aventure en Pro D2, y est allé de son doublé personnel dans cette rencontre. Servi idéalement par Viau après un bon relais de Plo, il était d’abord à la conclusion d’un contre assassin, dans la continuité d'une pénalité (trop) rapidement jouée par les visiteurs (19ème). Avant de signer une interception côté fermé qui offrait aux Haut-Pyrénéens un matelas de points confortable à la mi-temps (21-3).
 
Deux réceptions cruciales à venir
 
L’essai de la gagne, assurément. Car malgré un gros coup de pompe dans le second acte, le CAL, peu souverain à François-Sarrat – quatre défaites et un nul en sept matchs disputés à domicile – n’allait plus être rejoint. En solitaire, Mickaël Becat tentait bien de sonner la révolte (21-8, 48ème), mais le jeu marmandais était bien trop inconsistant, bien trop brouillon pour espérer quoi que ce soit dans cette partie. Une pénalité lointaine de Belzunce à la 70ème minute anéantissait ses derniers espoirs de retour. L’essai tout en puissance de Jérémy Barès relevait de l’anecdote, et ne suffisait même pas à accrocher le point du bonus défensif (24-13).
 
Une défaite peu reluisante qui ne fait que renforcer ce constat : à défaut d’enchaîner les matchs du même acabit rugbystique, cette USM reste une équipe de coups, capable aussi bien de gagner que de perdre contre n’importe qui. La défaite d’Orthez à domicile, combinée au report du match de Lourdes à Hendaye, lui permet pourtant de conserver – à titre provisoire – la quatrième place. Mais d’ici trois semaines, lors des deux prochaines réceptions à Dartiailh (Orthez le 27 Mars, Castelsarrasin le 3 Avril), il faudra bien plus qu’un coup de pouce du destin pour espérer entrevoir les phases finales.